jeudi 14 avril 2011

Belle de Robin McKinley








Belle
Robin McKinley
Mnémos
7,5/10






Résumé :
Belle était loin d'être aussi jolie que ses sœurs. A quoi bon ? Aux soirées mondaines, aux robes somptueuses, elle préférait les chevaux et les auteurs anciens. Quand son père se trouva ruiné, elle en fut réduite à aller avec sa famille habiter une pauvre maison, dans un village au fond des bois. Tous auraient pu vivre ainsi, heureux d’une existence loin du luxe et des lumières de la ville, mais le destin s’acharna une fois encore sur eux. Quand son père revint au foyer avec l’histoire d’un château magique et de la terrible promesse qu’il avait dû faire à la Bête qui y vivait, Belle partit de son plein gré affronter le monstre et sa question sans cesse répétée : « Belle, voulez-vous… ? » Ceci est son histoire… une histoire d’amour et de rêve.

Mon avis :
Ayant énormément aimé Sortilège de Alex Flinn, je me suis laissée tenter par cette nouvelle version de la Belle et la Bête. Ce livre m'a légèrement... troublée. Je ne sais pas vraiment si c'est en en mal ou en bien. En tout cas, je ne sais pas trop quoi en penser.
Le premier chapitre est assez lourd. Il présente le contexte, les soeurs de Belle et leurs habitudes. Ensuite s'enchaînent les faits. Les sentiments de Belle sont trop peu explorés même si on se prend vite d'affection pour elle. Elle est courageuse, têtue et intelligente. Elle est différentes de ses frivoles soeurs. Elle m'a semblé proche malgré tout. Son histoire m'a captivée bien que le manque de détails concernant les personnages m'a un peu ennuyée. Les descriptions des personnages sont trop vites faites. Pour la Bête, lors de sa première vraie apparition, je n'avais que ma propre idée de ce à quoi elle ressemblait ! De plus, on s'attend à ce que Belle la regarde et qu'elle soit de nouveau décrite lors de la première rencontre mais non.
C'est pareil pour ce qui est de la Bête non-transformée. Une description est faite une fois et ensuite, plus rien. A la fin, j'ai tenté de m'imaginer l'homme mais je n'avais rien à quoi me référer.
En dépit de tout cela, l'histoire à une sacrée profondeur. Sauf la fin où je me suis emmêlée les pinceaux. Belle a une véritable présence et on se laisse happer dans sa routine. Il n'y a pas énormément d'action. L'histoire en elle-même est banale. Il y a le côté magique du château qui attire l'attention, les réactions de la Bête. J'aurais songé qu'il se passerait plus de choses mais non.
C'est vrai que ce n'est pas censé arriver. Belle est enfermée seule dans le château avec la Bête et ses serviteurs ; dur d'y ajouter un vent un peu tumultueux. Néanmoins, je crois que c'est ce côté ordinaire et routinier qui exerce un attrait. On s'attend toujours à ce qu'il y ait quelque chose. Et lorsqu'on découvre qu'il ne se passe rien d'extraordinaire, il est impossible d'être déçu.
Il est vrai que ce roman a un certain nombre de lacunes selon moi. Il n'en reste pas moins que je l'ai dévoré. Je ne sais pas par quelle magie (peut-être celle du château de la Bête, qui sait ?) l'auteur m'a happée, mais c'est le cas. Une fois plongé dans ce roman, on se laisse entraîner jusqu'à la fin sans même réaliser le temps passé.
C'est le genre de roman à lire pour le plaisir, enroulé devant la cheminée un soir d'hiver. Une lecture tranquille qui mène au rêve doux et paisible. C'est agréable et apaisant, plaisant. Il a bercé mes deux heures de train et j'en ressens toujours une certaine félicité d'après-coup. En tout cas, je le conseille à ceux qui aiment les romances légères.

Merci aux éditions Mnémos !

1 commentaire:

  1. Me tente bien celui-ci, il a l'air sympa à lire malgré tout !

    RépondreSupprimer