mardi 17 décembre 2013

Jade par Jay Lake


Titre: Jade
Auteur: Jay Lake
Edition: Eclipse
Résumé:
Elle est née esclave dans la poussière et la pauvreté. Vendue, puis entraînée pour devenir l'une des meilleures courtisanes du royaume, elle fut baptisée Emeraude, joyau parmi les beautés destinées au duc immortel. Mais elle a choisit un autre nom: Jade. Alors que le duc règne au centre du monde, ses ennemis décident d'agir et voient en la jeune esclave l'outil de leur vengeance. Pour cela, Jade devra briser le sortilège qui maintient le tyran en vie... Bientôt le destin du monde reposera entre les mains d'une esclave rebelle. 


Avis de Lili

Comme je l'avais mentionné, il y a quelques semaines, j'ai vraiment du mal à trouver les bons mots pour commencer cette chronique. Jade de Jay Lake est un livre troublant. J'ai terminé ma lecture, partagée entre "et c'est tout?" et " whoua". En résumé, j'ai vraiment aimé cette immersion dans le monde de Jade, et en même temps, il y a tant de points dérangeants que je sais pas, fondamentalement, pourquoi j'ai apprécié. 

Déjà, la narration ... Il y a longtemps que je n'ai pas lu un livre qui m'a si bien embarqué au fil de ses pages. La narration est d'une puissance incroyable. Tellement que je devais me forcer à arrêter ma lecture pour être certaine du temps passé et ainsi ne pas rater mes obligations du jour. J'ignore comment décrire ce ressenti.... C'est un peu comme un cauchemar dans lequel vous courrez, vous savez que vous rêvez mais vous êtes, tout de même, incapable d'avancer plus vite. Avec Jade, vous tournez les pages, vous emmagasinez, vous vous dites que vous avancez et vous relevez les yeux sur votre montre pour constater qu'une heure est passé et qu'au final, vous avez encore tant à lire.... à découvrir. C'est à la fois frustrant et magnifique. Rares sont les livres capable d'un tel exploit. 
Si je devais donner un bémol à ce point, ça serait le niveau de vocabulaire. Je n'avais plus ouvert un dictionnaire, durant une lecture, depuis des mois.... Peut-être des années... Je ne dirais pas qu'il faille le garder près de soi tout du long de la lecture mais il faut quand même l'avoir à portée de mains. C'est mieux. Mais outre cet aspect, le niveau, selon moi, fait que je me suis souvent demandée quel âge avait l'héroïne. Au bout d'une soixantaine de pages, j'ai dû retourner en arrière pour retrouver le passage où il est mention de ses années de vie. Le langage est si élevé pour une enfant de trois ans que j'étais certaine qu'elle avait, au moins, dix-sept ans. Hors, Jade, au début du récit, n'en a que trois... Puis finalement, cent pages plus loin, j'ai enfin compris que l'auteur relatait les faits avec les yeux de Jade ayant déjà vécu l'histoire.
Ceux qui ont lu le roman me diront qu'on le sait dès la première page... C'est vrai. Sauf que, personnellement, le nombre de détails de l'environnement et des pensées de Jade ainsi que la narration elle-même, me l'ont fait oublier. Et puis, la petite a des réactions et des pensées tellement peu banales pour une enfant de trois ans que c'est à se poser la question tôt ou tard....

L'histoire en elle-même? Elle est intéressante dans son ensemble. L'histoire est bien construite, les pensées de Jade permettent une immersion totale dans son monde. Là aussi, petit bémol, le récit souffre d'un historique, d'une mythologie plus poussée ou en tout cas, correctement expliquée. L'auteur nous donne les croyances par ci par là mais comment ces dieux sont arrivés là où ils en sont? Mystère!

Pour les caractères, Jade a le sien, c'est certain. Même en le muselant, il finit toujours par ressortir d'une façon ou d'une autre. On comprend ses peurs, ses doutes, sa haine, ses colères, ses éclats... En fait, son caractère est tellement bien défini que les personnages secondaires, même les plus attrayants, perdent de leur saveur. Ils sont comme incomplets face à elle. De plus - et c'est l'un des reproches le plus gros que je pourrais faire - c'est qu'à cause de ça et en ajoutant le regard très lugubre de Jade sur son monde, personne ne parait fondamentalement bon ou tout du moins, agréable. Tout le monde est mauvais - certains plus que d'autres - et elle doit s'en méfier. Même quand l'un des personnages lui dévoile un peu de sympathie, il finit -trop?- souvent par commettre un impair qui va la détourner de lui ou devenir trop clinique dans sa manière de penser ou d'agir. 
En fait, il y a comme un fond de fatalisme et de ténèbres dans le récit de Jade et via les personnages en général qui touche directement et met mal à l'aise jusqu'à la dernière page. Personnellement, j'attendais l'instant où elle rencontrerait enfin quelqu'un de plus lumineux. 

Niveau intrigue, j'en voulais plus. Le résumé laisse à penser que tout tournera sur le défaite du Duc ... La moitié du livre, c'est le cas. Tout l'apprentissage est pour la satisfaction du Duc et de ce qu'il attend de Jade ou des autres filles comme elle. D'ailleurs, j'avoue parfois avoir été mise très mal à l'aise concernant  les scènes où Jade doit se déshabiller ou celles où elle décrit son apprentissage avec son professeur de sexualité. Je pense que c'est, en petite partie, pour cela que je l'ai pensé bien plus âgée. Même en me disant: c'est son moi futur qui décrit, je ne peux m'empêcher de trouver ces scènes étranges et dérangeantes d'une certaine façon parce que Jade a moins de dix ans à ce moment-là. C'est une dimension que je n'avais jamais envisagé ni frôlé dans d'autres textes.... Le fait de vivre ces instants et de voir un final bâclé a rendu tout cela enrageant et frustrant.
Je déteste (je retiens une injure) quand un auteur dépeint un méchant comme fantastiquement machiavélique et, lors de la confrontation, on a trois lignes qui se battent en duel (je caricature un brin, il s'agit plus de trois pages) et hop, le tour est joué. Ça me frustre et m'enrage. L'auteur se fout de ma gueule et ça ne m'aide pas à continuer ma lecture. Surtout si c'est pour en arriver là.... A quoi a servi tout l'apprentissage passé?
C'est comme si l'auteur avait eu peur de pousser encore plus loin!! 

En conclusion, il y a quelques bémols mais la narration et le monde de Jade sont tellement forts que je n'ai pu qu'aller tout droit vers la dernière page sans interruption. Jade pose nombres de questions, met en lumière nombre de notions, et recentre le lecteur sur lui-même qu'il le veuille ou non. Il n'existe rien, dans ce bouquin, pour atténuer cette prise de conscience que tout se paye: le sens de la justice, la liberté, les erreurs, l'aide que l'on reçoit ou donne... Bons ou mauvais, les actes et les croyances ont un prix. Toujours.
Et quand on s'accroche à ses convictions contre vents et marées, ce prix ne fait qu'augmenter encore... Et encore... C'est l'apprentissage de Jade. C'est ce que le lecteur reçoit en plein visage sans aucun moyen d'atténuer l'impact.
Néanmoins, ne pas avoir une idée précise de l'âge de l'héroïne, les personnages parfois caricaturaux ou indéfinis ainsi que trop penchés vers les ténèbres, et le final du Duc en queue de poisson m'ont laissé un goût amer dans la bouche...
J'ai aimé ma lecture mais ce livre aurait mérité d'être divisé en deux ou trois pour que l'auteur aille jusqu'au bout des événements.

1 commentaire:

  1. Merci pour la découverte! Ce livre a l'air génial il me le faut :)

    RépondreSupprimer